logo
Voila 395 jours que nous sommes rentrés

Danemark (du 12/07/11 au 16/07/11)

partage facebook
Du départ à Copenhague. Danemark première partie

10 juillet

19h31 34452 km au compteur, on part, avec presque 24h de retard sur nos espérances.

21h30 Arrêt au McDo, mise en pyjama des enfants, installation des lits, couchage des enfants dans la capucine.

00h30 On reprend la route. Là, on se dit qu'on est très fort, limite hors concours : 2h de route, 3h de pause.

11 juillet

1h On change de pays, nous voici en Belgique.

2h On se couche avec les camions sur une aire d'autoroute.

9h Tout le monde est debout.

10h45 On repart.

12h  On change de pays, nous voici en Allemagne.

13h30 Pique-nique sur un banc d'aire d'autoroute.

15h20 On repart.

17h45 Arrêt en urgence, après qu'Eliott ait vomi dans la capucine, où il avait fait la sieste puis jouait avec ses dinosaures. Eruption volcanique. Tous les dinos sont sauf, mais le terrain a souffert.

18h30 On repart.

21h00 Repas dans une cafét d'aire d'autoroute (Hündere Berge) plutôt sympa, avec une aire de jeu pour les enfants et un petit bois pour la chienne. En plus, il y avait plein de lapins pas farouches. Saphyr s'est bien défoulée. Une fois rentrée dans le cc, elle s'est même payée le luxe de refaire une sortie en solitaire (à la sauvette) pour leur apprendre la vie. On s'est pris pour des routiers et on a décidé de prendre une douche à laire de repos (uniquement accessible par les sanitaire hommes).

12 juillet

0h15 On repart.

0h45  On change de pays, nous voici au Danemark.

2h00 Ca y est, on est à Odense, première étape officielle de notre voyage. On se pose sur le parking à l'entrée d'un camping, en évitant les grandes places pas loin avec prise électrique, en se disant qu'ils seraient capable de nous faire payer le lendemain.

8h45 On se lève. Karine se renseigne sur le prix du camping et l'éventuelle possibilité d'utiliser uniquement les machines à laver. Bin en fait, c'est hors de prix (360 DKK), mais la nuit devant le camping aussi : 134 DKK ! Promis, on le refera plus...

On va à laverie dans le centre d'Odense, obligatoire si on veut pouvoir dormir dans des draps après l'épisode 'Eliott à Pompei'. on en profite pour faire une petite ballade avec les enfants dans la ville, dans les rues piétonnes.

14h30 Visite du Musée du chemin de fer. Nombreuses locomotives, trains à deux étages, voitures royales, loco chasse-neige, wagon-lit Paris-Copenhage avec cuisine et restaurant, wagon de tri postal (avec les postiers qui faisaient le tri en route s'il vous plait), voiture sans allée intérieure (avec le controleur qui passait le long des voitures par l'extérieur s'il vous plait). On a même essayé une trolley (draisienne ?? Le truc des westerns, où l'on appuie sur une espèce de balancelle pour avancer). C'était pas mal.

16h30 Le village fionien. Le Routard nous a un peu planté : il ferme à 18h au plus tard de l'année, et non à 19h. Quant aux animations, elles s'arrêtent à 17h. Du coup, c'était pas top. Des maisons et quelques meubles. Pas sur d'ailleurs qu'il y ait vraiment beaucoup d'animations. A choisir, mieux vaut aller au village des vieux métiers en Lorraine ou à l'écomusée de Marquèze dans les landes.

19h30 Nous voilà donc au château d'Egeskov, en avance d'une nuit sur notre planning. On décide de prendre l'apéro pour fêter cela (la bouteille de Martini étant réservée à ce type d'évènement exceptionnel). Sur le parking fleurissent les panneaux d'interdiction de stationner pour les campings-car de 23h à 6h. On pousse jusqu'au fond de parking, là où il n'y a pas de panneau. Cinq minutes plus tard, un homme vient nous voir : 'vous pensez dormir ici cette nuit ?' 'Euh... oui'. 'Ah, on est italien, On est garé là-bas, mais on hésitait, à cause des panneaux'. On explique qu'en toute bonne fois (sic), il n'y a pas de panneau ici ! Sur ce, il décide qu'effectivement il sera mieux à côté de nous. On discute un peu, surtout avec sa femme. Il s'agit d'un couple de retraités qui viennent de Savona. Ils font de nombreux voyages en Europe et ne rentrent quasiement que pour les fêtes de famille, à Noël et à Paques. Très sympatiques et parlant bien français ! Pendant notre discution, environ cinq minutes après le premier contact, nous ont rejoint un couple de danois avec un enfant de l'âge d'Oriana. Les mêmes questions sur le fait de dormir ici. Ils décident eux aussi de venir se garer à côté de nous. L'argument du danois en cas de problème est de dire qu'on voyage ensemble et qu'il n'y avait pas dans le coin de camping avec trois emplacements. Extrèmement bizarre. Est-ce mon anglais qui m'aurait trahi ?

Les enfants jouent, on mange dehors et on se couche vers 23h30.

13 juillet

9h30 Il a plu toute la nuit. Je sors promener Saph.

10h20 Kyra dort encore, il pleut dehors, dors encore... (référence musicale). Dehors, on entend un bipeur de camion-poubelle qui recule. Je sors voir ce qui se passe et là surprise, trois nouveaux cc nous ont encerclés, dans ce champ parking sinon désert.

12h15 On part visiter le parc du château. Evidemment, on n'est plus surpris de voir trois cc de plus en sortant. Il y a cinq ou six voitures dispersées dans notre champ et 8 cc autour du notre. Ca doit être une règle d'or de camping-cariste, monde que nous découvrons, que de se regrouper ainsi.

Donc le château... Construit sur l'eau, c'est vrai qu'il est assez joli. Les jardins sont magnifiques, avec notamment un potager d'environ 1500m2, bordé de haie de plus de trois métres, ce qui fait que les senteurs, essentiellement de la lavande, restent à l'intérieur. Il y a quatre labyrinthes de haies. Le premier, de 1830, ne peut être parcouru, mais les autres nous ont bien amusés (C'est Oriana qui a gagné à chaque fois). On est aussi monté sur des échasses, joué à des voitures à pousser qu'on dirige avec une corde (montée comme un harnais), fait un parcours dans les arbres sur des passerelles (10-15 métres ?) suffisamment sécurisé pour pouvoir le faire avec Kyra. Et surtout, les enfants ont passés plusieurs heures dans des aires de jeux. Le paradis des aires de jeux, y compris quelques trucs qui tournent que même les adultes apprécient.

Nous avons aussi appris à mieux connaître les Danois : ils mangents des glaces en tout temps. Même sous la pluie (car bien sur, il a encore plu pas mal). Du coup, en fin de journée, on s'y est mis aussi. Une bonne glace au lait à l'italienne... trempée dans du chocolat en poudre !

19h15 Après cette très chouette journée, on reprend la route.

21h15 Sur la petite route vers Sagnlandet, la terre des légendes, deux biches nous font tour à tour l'honneur de courrir au côté du cc. Leur confiance joue de rivalité avec celle des lapins d'Allemagne !

14 juillet

8h30 Ballade de Saph, sous la pluie, qui s'est remise à tomber cette nuit. On avait même pas remarqué qu'elle s'était arrêtée.

11h30 Visite du village de l'âge de pierre et de fer. Sous la pluie, le charme est moins évident. Dire que les Danois payent pour y rester une semaine, vétus des costumes d'époque et pataugeant toute la journée pieds nus dans la boue. Dans le camp viking, on a pris les armes et essayé les casques. Les vikings locaux devaient s'entrainer à la guerre, mais vu le temps, ils préfèrent discuter tactique à l'abri, en buvant de la bière. J'adhère, à cette bière artisanale pas mauvaise.

Puis, courageusement, on finit de visiter le village et on part vers celui de l'âge de fer. Une charmante 'habitante' nous invite à entrer dans sa hutte. Sa fille nous fait goûter des biscuits qui sortent du four en terre généreusement tartinés d'une espèce de fromage frais, puis, elle nous présente les lieux, en anglais aggrémenté de quelques mots de français. On parle notamment du temps et là, elle nous apprend qu'il s'agit du 'typical danish summer' : quelques heures de pluie, quelques heures de soleil. On comprend mieux pourquoi, en plus des danois, il y a aussi une famille irlandaise qui passe la semaine sur place... On repart ensuite vers le village de l'âge de pierre. De simple cahutes, désertes pour aujourd'hui. On croise des aurochs en chemin... Il s'agit en fait d'une espèce de vache issue de divers croisements effectués dans le but de s'approcher le plus possible de la race éteinte. On veut bien le croire, en voyant leurs énormes cornes.

On prend un sandwish et un chocolat chaud et on rentre au cc.

15h30 Nous voilà enfin au sec dans le cc. Des fringues pendent un peu partout dans la cabine - Pense-bête : si jamais on part en cc en Asie, penser impérativement à éviter la mousson - On se fait un vrai repas suivi d'un vrai lait chaud. Dehors, il ne pleut plus.

18h On part pour Copenhague (vu l'heure, on oublie Roskilde). Notre objectif : trouver des vêtements de pluie adaptés, nos K-Way n'ayant pas empéchés pulls et T-shirts d'être trempés.

19h Petite course au magasin Aldi (vive le dépaysement) puis on trouve l'hyper juste derrière (on avait cru au départ que le tom-tom nous avait orienté vers la superette, mais non, il y avait bien une grande gallerie marchande juste à côté). On trouve les super (on espère) couplés 'manteaux de pluie - sur-pantalons'. Il y a aussi une vingtaine de fromages français. Seul le prix n'a rien à voir. Quand on ressort, évidemment... il fait beau !

21h Le Routard s'est trompé, il n'y a pas de camping dans la rue indiquée (le Bellahoj, p.90 du guide 2011 Danemark-Suède), du coup, on se rabat sur le plus proche, le Absalon, où Routard et Tomtom s'accordent sur les cooordonnées.

21h15 On se pose. Kyra et Eliott qui s'étaient endormis dans le dernier quart d'heure nous font une belle crise à leur réveil. Eliott finira par se rendormir sans manger. Kyra se joindra à nous pour manger les viennoiseries danoises bien gouteuses et le yaourt vraiment excellent.

15 juillet

8h Je profite du Wifi pour mettre tout ça en ligne !

9h J'emprunte au camping un adaptateur secteur. J'avais lu quelque part que l'alimentation était identique à la notre, mais visiblement, cela ne concerne pas les bornes pour cc. Une réunion d'infos commence au camping. Vu qu'ils offrent le café, je vote pour. De toutes façons, le reste de la famille dort encore. On est une dizaine : allemand, finlandais, danois et moi. Cela se fait donc en anglais. Présentation des lieux à voir à Copenhague et des moyens de transport pour y aller. Le parking étant très cher et ayant prévu de marcher pas mal, je valide définitivement l'option du train.

11h30 On se dirige vers l'équivalent du RER, qui propose wifi gratuit en prime. Comme tout paiement par carte est taxé en %, je vais à la tirette où la taxe est normalement forfaitaire. 2000 DKK... Transaction refusée par votre banque. 1000 DKK, idem. Flûte, j'ai oublié d'augmenter mon plafond de retrait au guichet par semaine, qui doit être de 350 €. Quand à la carte de Karine, on avait découvert en entrant en Allemagne, après plusieurs refus... que c'était pas une visa (bizarre, car on avait pourtant fait la demande).

Je paye donc les tickets avec ma carte... tout se passe bien, sauf que le distributeur ne délivrera jamais les tickets... On prend le train sans.

On descend huit stations plus tard près du château de Rosenborg, la maison de vacances des anciens rois... à 2km du palais royal Amalienborg. On traine pas, la salle aux trésors est sensée fermer à 14h et il est 13h. Finalement, elle fermera plus tard et tant mieux car elle vaut qu'on s'y attarde.

L'entrée est logiquement gardée par des soldats armés d'une mitraillette avec baïllonnette. Aux premiers sous-sols, de nombreux bijous, coffrets, etc., en or, ivoire, ambre, marquetterie. Notamment une collection de soldats 'de plomb'... en or. Le second sous-sol, derrière des portes blindées d'une épaisseur de 50cm, est encore plus impressionnant. Le top : l'épée de Christian bâton bâton bâton et la couronne de Christian bâton V. 'entièrement filigranée d'or'.

On visitera aussi au second étage la salle du trône, avec celui du roi en dents de narval !

15h On mange juste à côté et vu l'heure, on renonce au musée national, et du coup au quartier latin (Stroget), qui se trouvait sur le chemin. On traverse le centre d'Ouest en Est à travers parcs, vers Nyhavn, le port. C'est effectivement l'image d'Epinal de Copenhague, avec les voiliers sur le canal et les maisons de toutes les couleurs de chaque côté. Notre parcours est tracé au sol, par des ronds de 10cm de diamètre de couleur verte. Sur notre plan, il y a les mêmes, en orange. Les touristes sont chouchoutés ! Comme il se remet à pleuvoir, on s'offre une pause glace.

Pendant ce temps, en France, les parents de Karine vont à la banque augmenter notre plafond de retrait au distributeur. Merci ! Ce qui résoud aussi le mystère de la CB de Karine : sa Visa l'attend depuis trois mois à la banque, tandis que la CB qu'elle avait reçu par courrier était le renouvellement de l'ancienne, expirée... sauf qu'on avait justement demandé la Visa à la place de l'ancienne. La banque n'aurait-elle pas un peu merdé ? N'aurait-on pas du être prévenu que la carte était arrivée ?

On reprend ensuite notre chemin en pointillé vers la petite sirène, au nord, en longeant le canal. Arrêt au niveau de jardins d'Amalienborg, la résidence royale. Eliott y fera pipi, dans les buissons royaux ! Puis, on traverse la résidence, ouverte sur les quatre côtés, et on fait coucou aux gardes royaux en costume.

On continue en passant par le Kastellet. J'y photographie une statue contemporaine d'éléphant nain. Il y en a de disséminées un peu partout dans la ville.

Ca y est, nous voilà devant la petite merdouille... euh, la petite sirène, avec les usines en décor de fond. Bon, ça, c'est fait !

On récupère une station de train et on rentre.

Oriana nous demande si demain, on pourrait pas faire le Musée National plutôt que le château Frederiksborg, à Hillerød. Une idée à creuser.

23h Lessive et sèche-linge. On y va sous la pluie.

0h Après relecture du Routard sur le château, on valide l'idée d'Oriana... Certes, c'est le plus grand de Scandinavie, avec ses 90 salles remplis d'objets d'art danois, mais on a eu notre quota et on préfère le musée : 'gigantesque, admirable, moderne et intelligemment aménagé', qui retrace sur 10 000 ans l'histoire du Danemark. Et il parait qu'il y a une section spéciale pour enfants.

16 juillet

(heureusement que le téléphone me donne la date, ça fait longtemps que je suis perdu)

8h Dernière ballade de Saphyr à côté du camping, sur le terrain d'agility.

11h Une fois tout le monde debout, on fait la vidange et le plein d'eau et on achète des énormes hamburgers au McDo, puis on file à Copenhague. Contrairement à la veille où quasiement aucune voiture ne parcourait la ville et où il y avait dix fois plus de places de stationnement libres que d'occupées, aujourd'hui, c'est un peu plus dur (mais on est samedi, dans un quartier proche du parc d'attraction Tivoli). On en trouve une à côté de Christianborg. Elle est 'réservée à ceux qui ont quelque chose à faire au ministère. Prendre un ticket sinon'. Sauf qu'on trouve pas de parcmètre. On laisse un petit mot sur le pare-brise et go to the Museet.

On laisse poussette et sac à dos à l'entrée (partout au Danemark, il y a des consignes aux entrées des trucs à visiter. Ici, c'est obligatoire).

Section âge de pierre, de bronze et de fer. Un petit rappel de Sägnlandet, très bien fait et gratuit. Beaucoup d'armes de chasses, de bijoux, d'objets du quotidien, ainsi que d'ossements : humains, aurochs et élans sont entièrement reconstitués. Saviez-vous que l'homme chasse avec des chiens depuis 10 000 ans ? (et les bouffe aussi) et qu'on a trouvé des tombes de chien parmi celles des humains datant de 7 000 ans ? Ca fait un bail qu'il est le meilleur ami de l'homme.

On finit par la section viking et quelques belles reproductions grandeur nature de pierres runiques. Intéressant, de voir le sens de l'écriture, un peu anarchique mais en quelque sorte fléché (faut en voir pour comprendre).

On passe très rapidement les connexions avec les romains et les arabes et on ne fait pas du tout la partie Renaissance ni celle ethnologique.

On passe au musée pour enfants : plein de petites salles avec un intérieur de bâteau, une salle de classe, un théatre de marionnette, un magasin, un salon arabe, un château avec déguisement de chevaliers comprenant de vrais casques, très lourds, un cheval à escalader, une salle d'entrainement à l'épée en bois, une barque à voile... et de nombreuses choses à toucher, des déguisements etc... Eliott trouve qu'on repart trop vite, il a pas eu le temps de jouer à la dinette.

15h30 Sur les conseils du Routard, on va déguster les gâteaux à la crème de 'La glace', au coeur du quartier latin, à deux pas. Ce sera notre repas du midi, vu qu'on avait commencé par les hamburgers.

18h On reprend la route direction la Suède. Un grand tunnel sous la mer de 3-4 km, puis l'immense pont et ça y est. Cette fois, les enfants ne dorment pas !

Comme pour l'entrée dans les îles fionniennes, on voit plusieurs éoliennes dans la mer. On voit aussi un grand bâteau de pèche renversé. Est-il échoué sur un fond peu profond, ou en train de couler à l'instant ?

On quitte le pays aux feux de signalisation bizarres : vert, orange, rouge, rouge+orange, vert...

Carnets de route
Articles liés
Danemark
Langues officiellesDanois
Forme de l’étatMonarchie constitutionnelle
Superficie43 094 km2
Population129,16 hab./km2
MonnaieCouronne (danoise) (DKK)
Fuseau horaire+1
Indicatif tél.+45

En tant que pays de l'U.E., une carte d'identité ou un passeport suffit.

Les enfants doivent avoir une carte d'identité ou figurer sur le passeport d'un parent.

En vrai ? Il pleut tout le temps. C'est là bas qu'on a découvert l'expression 'typical danish summer'...
Jan. Fév. Mar. Avr. Mai. Jun.
Jui. Aou. Sep. Oct. Nov. Déc.
Publicité
Nous écrire | Qui sommes-nous ?