Voila 338 jours que nous sommes rentrés

Suède (2) et Danemark (2) (du 20/08/11 au 27/08/11)

partage facebook
Tanumshede, Göteborg, Billund (Legoland) et le retour...

21/08 1h30 Karine fatigue (tiens, je crois que j'ai oublié de préciser que c'est elle qui conduit tout le temps. Et croyez pas que je me la cole douce, y'a les momes à gérer, pendant ce temps). On s'arrête à Tanumshede. Une étape qu'on avait envisagée si on avait le temps. Du coup, on va jusqu'au parking où se trouve les gravures rupestres. Enfin, les gravures, elles sont à côté du parking. Sur le parking, y'a juste un panneau 'camping forbidden'. Tant pis.

11h Karine finit de ranger le cc pendant que je vais voir les gravures. Il paraît que c'est la plus grande concentration de gravures au monde. Un petit air de déjà vu, sur un chemin à priori moins sympa qu'à Alta (mais peut-être pas, on n'en a parcouru qu'une petite partie). Par contre, c'est entièrement gratuit, et très bien documenté, y compris en français. On apprend par exemple que les femmes, ainsi que la mort ne sont pratiquement jamais représentés, bien que sur le site, on trouve justement deux gravures les concernant. On trouve aussi ce qui pourrait s'apparenter à des gravures de dieux vikings. Eliott a aussi repéré un skieur, bien qu'il n'en parle pas (Ca l'avait visiblement marqué à Alta). Kyra, elle, a identifié tous les bateaux, et c'était un travail de longue haleine.

14h30 Nous voilà presque à Göteborg. Nous rencontrons notre premier embouteillage des vacances. 10 minutes au pas. C'en est presque insupportable !!! C'est le dernier jour de la fête populaire.

Le marché aux poissons est fermé, il y a des stands de loterie devant l'entrée. Par contre, il y a pas franchement d'animation dans le centre ville. On imagine - à tord - qu'il y aura une ambiance de dernier jour de fête ce soir. On décide finalement d'aller au musée maritime aujourd'hui. 20 bateaux sur l'eau que l'on peut visiter en passant de l'un à l'autre. Le paradis selon Kyra. On mange un fish & chip sur un bateau à l'entrée et on y va. Vu qu'on a que deux heures, on fait un gros tri sélectif et on se concentre sur le bateau phare, le bateau pompier, le destroyer et le sous-marin. C'est dingue ce qu'il y a comme coursives et recoins dans un destroyer. Il doit bien y avoir six niveaux différents suivant les endroits. Avec un peu de fumigènes, on pourrait se faire un trip 'Alien : le 8ème passager'. Pour nous, le challenge était surtout d'empêcher Kyra de descendre trop rapidement d'un étage ou de suivre un peu trop loin les rails de la rampe de lancement des mines sous-marines... Le sous-marin est assez impressionnant lui-aussi. Un espace extrémement exigu où se cotoyent trente personnes. Les couchettes sont dans la même pièce que les torpilles, il y a plusieurs passages où il est nécessaire d'être accroupi pour passer et deux échelles pour rejoindre l'extérieur qui sont super galère à emprunter avec un sac dans le dos et une petite fille dans les bras... Ca coince. Un truc à vivre.

Et pour finir, sur le quai, un bateau... aire de jeu ! On en profite pour discuter avec une maman du coin, avec qui on parle parcs d'attractions. Son mari kiffe Astérix, et ils vont bientôt aller en France pour faire le parc. Gratuit pour eux, car ils ont la 'yes card' du parc de Göteborg, et qu'il y a des accords entre parcs. C'est valable aussi pour Legoland au Danemark. Bon à savoir... On parle aussi de la ville et de la fête et elle est désolée pour nous, mais c'est fini. Ca se terminait à 18h par le défilé carnaval (surtout pour les enfants)... Mais bien sur, 18h, fin de journée. Rideau.

Elle nous conseille aussi d'aller passer la nuit sur les hauteurs du Keillers Parc Ramberger, au nord-ouest de la ville. Merveilleuse suggestion. Une petite route en escargot jusqu'au sommet, où se trouve une table d'orientation avec les distances et directions des principales villes du pays. Rapidement les jeunes de la ville nous laissent la place et on se retrouve seuls là-haut, avec pour panorama les lumières de la ville. Ceci dit, de nuit, les lumières, c'est jolie, mais de jour, avec les immeubles et les grues, la ville n'est pas si belle vu d'en haut.

22/08 On se renseigne sur le ferry pour le Danemark. C'est soit 16h soit minuit. Va pour minuit, deux fois moins cher et ça nous laisse le temps d'aller au marché aux poissons... qui est encore fermé (c'est son jour). On se rabat sur un autre marché, plus grand, où on trouve de tout. On achète de quoi piqueniquer et on s'installe dans le parc à côté.

On retiendra de ce repas le pain de nain (c'est le nom qu'on lui donne, c'est pas officiel) aux pépites de sel. C'est une crêpe avec un trou au milieu (historiquement, pour pendre à une barre au plafond en attendant le retour de l'homme de maison parti en haute mer) et bien sur, dur comme...du pain de nain.

On retiendra aussi les deux salades de poissons. Dans les deux cas, des espèces de rollmops mais... sucrées. Notamment le sucré - poivré - thym et autres aromates, qui est sacrément déroutant.

Suit une petite ballade dans les rues piétonnes et - pour moi uniquement - une course effrénée pour ne pas dépasser le timing sur l'horodateur.

On part ensuite en quête d'un camping. Le plus près est celui du parc d'attraction Liseberg. Je négocie pour utiliser l'aire de service (vidange, plein d'eau...) et Karine en profite pour intercepter la porte des sanitaires avant qu'elle ne se ferme (système à carte). Du coup, Karine et les enfants se couchent (moi, je fais mon troll).

On retourne manger sur nos hauteurs, on couche les enfants et on embarque dans le ferry. Karine brave à nouveau les interdits et reste dans le cc, avec les enfants qui dorment. Elle m'envoie à l'extérieur comme leurre.

23/08 0h-3h Le ferry ressemble à un navire fantôme. Tout est fermé, même (surtout) le bar. Les machines à sous esseulées clignotent dans un coin (mais sans un 'coin'. Prononcer à l'anglaise, pour ceux qui auraient encore du mal avec mon humour). On dirait les enseignes de la route 66, dans 'Cars'. Des cadavres pioncent sur des séries de trois sièges côte à côte. Tiens, les moteurs changent de régime. J'imagine qu'on arrive au bord de l'abîme qui délimite les frontières de la terre.

3h15 Karine a vécu l'enfer dans le cc. Le bruit des moteurs pendant trois heures aggrémenté de celui de la vibration de la petite moustiquaire au-dessus de sa tête. Gros mal de crane.

On s'éloigne de 10 km et on se couche pour de bon, sur une aire de service.

10h On retrouve du pain à la française à la station essence. Enfin une croùte qui croustille.

On arrive à 6 km de Billund vers 14h30 et on trouve une petite aire sympa pour manger, puis on va voir Legoland.

A partir de 16h30, c'est gratuit (les attractions ferment à 17h) et on peut acheter les billets pour le lendemain à l'intérieur. Les enfants en profitent pour faire deux manèges : bateaux à la demande de Kyra et grenouilles sauteuses pour les plus grands (une banquette qui monte et descend).

On fait quelques courses et on repart à l'aire du midi pour s'y coucher (tous les parkings de la ville sont interdits, ainsi que celui de Legoland).

24/08 8h30 Quelle horrible nuit ! Une petite nationale qui se prend pour une autoroute, la nuit. On réveille les enfants et à 10h07, on entre dans le parc, qui ouvrait à 10h (oui, on accepte les applaudissements).

Je suis ready pour acheter les 'express pass', pour ne pas avoir à faire la queue sur certains manèges, mais pour l'instant, il y a zero attente. On pourrait même faire les manèges deux fois de suite si on le souhaitait, donc on en profite. Karine passe la matinée avec Kyra et moi avec les deux plus grands. Maximum d'attente : 5 minutes. A 12h, Kyra a fait presque toutes les attractions de son âge et Eliott et Oriana celles du leur (sauf les grosses bouées et des montagnes russes pour Oriana, Eliott étant trop petit). On se retrouve pour manger, on fait quelques attractions ensemble (dont une petite montagne russe pas si petite qui enchante Kyra) et je reprends les deux plus petits tandis que Karine repart avec Oriana faire les deux plus grandes attractions. Il n'y a rien qui ne soit accessible à Oriana, tout étant ok à partir de 130 cm. Eliott fait des trucs que Kyra a déjà fait et qu'elle refait avec plaisir (ballade en train, tour safari avec les animaux taille réelle et lego...) et une toute seule, la chenille. Quand j'ai vu la vitesse que ça prenait et les joues d'Eliott qui commençait à vibrer, j'ai commencé à craindre le pire, mais il a fini par trouver où s'agripper, et au final, il en redemandait (Il la refera d'ailleurs plus tard avec Oriana, où c'est cette fois Oriana qui souffrira, Eliott ayant décidé de lever les bras, confortablement centrifugé sur sa soeur...).

Une demi-heure plus tard, on se retrouve à nouveau, pour faire les jeux d'eau (on avait prévu les maillots), puis une glace - Karine est adapte de la soft-ice ou softiss scandinave - puis l'aquarium (poissons, raies, requins et animations Lego). Et voilà, il est 17h, les attractions ferment. Le parc reste encore ouvert une heure, alors on fait l'aire de jeu.

Ainsi s'achève en beauté la dernière journée de vacances (en excluant le trajet retour), hormis le fait que les magasins du parc ferment en même temps que le reste et que c'est donc mort pour les éventuelles Lego StarWars exclusifs, et que les enfants sont HS, au bord de l'explosion, toutes les sirènes d'alarme au volume maximum...

On fait quelques kilomètres, mais comme aucun ne s'endort (on espérait la petite sieste avant le repas du soir), on s'arrête à un camping de Kolding. Les enfants retrouvent de l'énergie : il y a une structure gonflable, des trempolines, un bac à sable et quelques véhicules à pédales.

25/08 Douches, lessives & co.

14h On quitte le camping

14h30 On s'arrête pour manger. Karine tient à ce que je note qu'elle a trouvé une grenouille. Moi je noterai plutôt qu'à cause de sa put... petite grenouille, Kyra en a profité pour semer une pièce de 20 kronors dans les herbes.

16h30 On repart

21h On s'arrête pour manger. Tomtom nous annonce encore 7h15 de route, alors qu'en partant, on était sensé en avoir pour 9h45. 2h30 officiellement parcourues, 4h30 dans la vraie vie. Sachant que Tomtom nous croit capable de rouler à 130 km/h, alors que les travaux quasi permanents sur l'autoroute allemande nous obligent à respecter les 70 km/h... le compte est malheureusement bon.

23h On repart. Flap. Flap. Flap. Flap. Flap. Flap. C'est quoi ce bruit ? Crevaison ? On s'arrête dès qu'on peut. Rien en ce qui concerne les pneus. On cherche ailleurs. Ah ! Boulette de ma part, j'avais pas resolidarisé la moutisquaire de la porte de la cellule.

On repart. Flap. Flap. Again. J'ouvre la fenêtre; ça vient d'en bas. On s'arrête dès qu'on peut again. Vraiment rien aux pneus. Ah ! Un bout de caoutchouc est enlevé de 10 cm au niveau de la porte passager. Je le remets.

On repart. Flap. Flap. re-again, dès 70 km/h. On s'arrête dès qu'on peut re-again et on se couche.

26/08 9h Vraiment rien aux pneus. On est à 4 km d'un garage. On en prend la direction, dans la vague idée de vérifier la pression et de jeter un oeil plus approffondi. Sur la route, petit test à 70 et 80 km/h... pas flap, pas flap. Rien. On reprend alors l'autoroute et flap flap flap flap flap... Mais, c'est quoi, ce revêtement vaguement strié ? Put... Purée de confiture ! On aurait pu rouler deux heures de plus hier et on l'a pas fait à cause de ce revêtement ? Entre ça et leurs travaux... Certes, les routes françaises sont payantes, mais parfois, ça a du bon !

9h40 On s'arrête pour déjeuner, histoire de retrouver un horaire de départ qui soit dans nos habitudes.

11h20 Voilà qui est mieux. On repart.

15h Petit grignotage et on repart.

16h30 On quitte l'autoroute pour Namur, dans l'idée de trouver un endroit où les enfants pourraient se détendre. Enfer ! Ca ne circule pas, impossible de trouver une place où se garer, on perd une heure avec une grosse déception en prime de ne pas avoir pu faire un tour du manège aperçu.

19h47 On passe la frontière française.

21h Près de Compiègne, des biches nous observent du champ fraîchement récolté le long de l'autoroute. Il y a aussi un très beau coucher de soleil...

21h30 On vise une aire d'autoroute avec un Quick... mais pas d'aire de jeu. Il y a un Mc Do 20 km plus loin, on tente.

Pas d'aire de jeu non plus dans le Mc Do. Par contre, une vingtaine de lapins sur le rond point qui y mène. C'est Eliott qui les voit, du coup, il ne pourra pas dire qu'il n'a pas pu les voir, surtout qu'on refait un tour pour Kyra.

27/08 1h21 44324 km au compteur. Nous voilà chez nous, après sept semaines sur la route. 9872 km. Comme on va pas faire 128 km de plus pour faire un compte rond, on coupe le moteur et on dort là, dans le cc, comme convenu avant de coucher les enfants

7h15 Kyra se réveille. Karine la rendort avec elle dans la capucine et j'en profite pour descendre taper ces dernières lignes.

Nous écrire | Qui sommes-nous ?