logo
Voila 396 jours que nous sommes rentrés


Yak (ou Yack)

partage facebook
Grand ruminant à longue toison de l'Himalaya

Le yak ou yack est une grande espèce de ruminant à longue toison de l'Himalaya. La femelle du yak est appelée dri ou drimo par les Tibétains et nak par les sherpas.

Le yak vit dans et autour de la chaine de l'Himalaya ; au Népal, au Bhoutan, en Chine (Tibet, Xinjiang, Gansu, Mongolie intérieure), ainsi qu'en Mongolie, Russie, Kirghizstan, Kazakhstan, Pakistan, Tadjikistan, Afghanistan, jusqu'à des altitudes de 5 400 mètres. Malgré de nombreux essais d'introduction, les yaks ne peuvent vivre en Alaska où la terre est trop sèche pour leurs besoins nutritifs.

Les yaks vivent quinze ans en haute altitude au-dessus de 3 000 mètres. Par contre, le dzo, issu du croisement entre un yak et une vache, remplace le yak admirablement aux altitudes inférieures. Il est utilisé comme animal de bât et pour les travaux aux champs. Sa femelle est la dzum.

Yak domestique (Bos grunniens grunniens)

Utilisée comme bête de somme et comme monture, il fournit aussi laine, cuir, viande, lait, beurre et fromage. De plus, ses bouses séchées sont un combustible très utilisé. En Mongolie le yak est fréquemment croisé avec des vaches.

En Chine, au Kazakhstan, Kirghizistan et dans la région du Pamir au Pakistan on pratique des courses de Yak.

Plusieurs éleveurs ont constitué des cheptels de yaks aux États-Unis et en Europe, notamment en Allemagne et en Suisse.

On compte 12 à 14 millions de yaks domestiques.

Yak sauvage (Bos grunniens mutus)

Uniquement présent au Tibet, il est plus grand que le yak domestique, pouvant peser jusqu'à une tonne. Il vit habituellement en groupes de 10 à 30 individus. Son habitat est composé de hauts-plateaux dégarnis, de collines et de montagnes à des altitudes comprises entre 3 200 et 5 400 mètres. Il se nourrit d'herbes, de lichens et d'autres plantes. Durant la saison chaude, il vit dans les régions proches des neiges éternelles ; puis descend vers des terres au climat plus clément lorsque la saison froide approche. Le yak peut affronter le froid jusqu'à -40°C. Le yak sauvage a la vue très faible mais compense ce handicap par un odorat particulièrement développé et surtout une ouïe qui lui permet d'entendre à plusieurs kilomètres de distance.

Le yak sauvage n'existe plus que dans les chaînes de montagnes du Kunlun, de Thangla et de Nyenchen Thangla, ainsi que sur le plateau du Tibet. L'espèce est menacée : la population totale actuelle est estimée à 15 000 animaux.


Source : fr.wikipedia.org
Articles liés
Bovidés
  • Vertébrés
  • Mammifères
  • Artiodactyles
  • Bovidés : Bouquetin, Chamois, Mouflon, Vache, Mouton, Chèvre
Statut de conservation UICN

Espèce vulnérable
Publicité
Nous écrire | Qui sommes-nous ?