logo
Jour 36 de notre escapade en Turquie

Tour des Amériques

Akumal

Pour nager avec les tortues de mer et les raies, Akumal, petit village du Quintana Roo entre Playa del Carmen et Tulum, est le lieu idéal

10/03/2015 - Mis à jour le 23/05/2019 partage facebook

C'est dans l'eau transparente de la plage d'Akumal que l'on peut nager en compagnie d'énormes tortues de mer et de diverses espèces de raies. Toutes l'année, on peut y rencontrer des tortues, venues brouter les herbes au fond de l’eau.

Selon la saison, on peut commencer à voir des tortues et des raies dès les 50 premiers mètres dans l'eau, à tout juste 2 m de profondeur.

Le site étant de plus en plus touristique, un important business s'y est malheureusement développé depuis quelques années, et dès votre arrivée sur la plage, vous risquez d'être assailli par des guides qui vous expliquent que vous n'avez le droit de vous baigner qu'en groupe, moyennant bien sûr finances. Il y a même des rumeurs affirmant que d'énormes filets ont été disposés au large, condamnant les tortues à rester sur place, assurant ainsi la manne touristique...

Venez tôt, avant les premiers bus qui viennent de Playa del Carmen, ou tard, et les locaux devraient vous laisser tranquille.

Il est possible de louer sur place masque et tuba. Oubliez les palmes, il est peu problament que vous descendiez au delà de 3 m et vous risqueriez de déranger les tortues qui rechercheraient un peu plus de tranquilité.

Vous pouvez aussi louer un bateau et un guide et vous offrir une séance de plongée, avec bouteille, à la découverte de la barrière de corail, qui se trouve un peu plus au large.

Et n'oubliez pas : on ne touche pas les tortues, cela altère leur vernis protecteur et les expose à diverses maladies.

Récit personnel

Extrait de mon carnet de route :

... on se rend sur la plage aux tortues. Les guides officiels comprennent rapidement qu'on est pas tout à fait des touristes comme les autres et renoncent vite à nous vendre un 'tour' au bord de mer pour voir les tortues. La mer, sans vague, est là, juste devant nous, et rien ne nous empêche d'aller nous baigner tout seul ! Ils tentent quand même de vendre un tour en bateau, pour profiter du récif de corail un peu plus loin, mais non... on leur loue juste un masque et tuba pour Karine et un gilet pour Kyra. Et nous voilà dans l'eau. Je ne résiste pas, je pars en éclaireur. Au bout d'une centaine de mètres, des bouées marquent la fin de la plage 'surveillée' et là, à 3m sous l'eau, ce n'est pas une légende : une énorme tortue qui broute des algues. Un corps énorme, plus d'un mètre, une tête énorme, un bec énorme, des pattes avant énormes, une queue... toute petite. J'en perds mon souffle. On nage avec des tortues ! C'est dingue ! Je retourne vite voir les autres, pour leur dire que c'est bien vrai. Mais quand j'arrive, ils sont déjà en train d'observer leur propre tortue. Quand je les vois, je ne dis rien, mais leur tortue est ridicule : à peine la taille d'un avant-bras. En fait, c'est une chance, car des petites comme ça, on n'en verra plus. Des grosses, par contre, il y en a partout. Lorsque Kyra voit sa 1ère énorme, c'est d'ailleurs un peu la panique. Il faut dire qu'elle est plus grande qu'elle ! Du coup, je m'éloigne un peu avec elle et on finit par renter, suivi par Eliott qui commence à fatiguer. On s'en rend pas vraiment compte, tellement c'est merveilleux, mais ça doit faire plus d'une heure qu'on nage. Après les avoir déposés sur le sable, j'y retourne. C'est quand même dingue. Karine ne tarde pas à refaire surface, mais Oriana repart avec moi pour un tour. Il y a quelques groupes, qui nagent avec un guide et sont équipés de gilets. Mais au max, on doit être entre 30 et 50 personnes dans l'eau. Alors chacun ses tortues ! Je me fais rappeler à l'ordre deux fois par un guide, parce que je plonge, mais quand je lui explique que je ne touche pas (ne pas abîmer le vernis protecteur des tortues) et que je reste à distance (pour ne pas les déranger), ça passe. Sur le retour, avec Oriana, on voit une raie qui fait des remous dans le sable, et dont profite un gros poisson. Quand on raconte ça aux autres, ils veulent y retourner. On fait quand même une pause hot-dog de chez Oxxo, puis je reste avec Kyra à jouer dans le sable. Quand les 3 autres reviennent, ils ont vu des tas de tortues et trois sortes de raie différentes : des grises à petite queue, d'autres grises à longue queue, les deux frôlant le sable et de grandes noires tachetées de blanc, qui semblent voler entre deux eaux. Karine vérifiera plus tard sur internet, il s'agit de raie léopard, avec 6 aiguillons venimeux sur la queue, ayant déjà causé la mort d'humains... Mais à l'heure où on nage, on ne le sait pas encore ! A mon tour d'y retourner, toujours avec Oriana. Waouh, ces raies noires tachetées, impressionnantes !

Aspects pratiques :

- le parking d'Akumal plage est payant. 50 pesos pour la journée pour notre camping-car (Janvier 2016). Normalement, c'est le double pour les grands véhicules, mais le tarif officiel, c'est que pour les gringos. En théorie le patron ne veut pas qu'on l'on y bivouaque, mais ce genre de chose, ça se discute.

- A Akumal Puebla (de l'autre côté de la nationale), à côté du commissariat, il est possible de bivouaquer gratuitement. Il faut demander aux policiers. Toujours en 2016, le chef, qui s'appelle Abraham, 'comme Lincoln', parle très bien français

- Chez Lucy, un bar-resto un peu en retrait du chemin de la plage sert de bons repas. Attention, le tips est calculé et comptabilisé d'office sur l'addition, à 18% (toujours en 2016). Cependant, toujours en discutant, la serveuse nous apprends que bien sûr, c'est juste pour les gringos. Nous pouvons donc laisser notre traditionnel 10-12% sans gène.

- Pour les afficionados du géocaching, face au parking de la plage, se trouve une petite bibliothèque qui possède une magnifique cache !

Suivez le(s) lien(s) pour voir nos photos sur l'album Facebook (il n'est pas nécessaire d'avoir un compte) :

 
Carnets de route
Faune
Mexique
Langues officiellesEspagnol de facto, mais 67 langues nationales !
Forme de l’étatRépublique fédérale
Superficie1 972 550 km2
Population57 hab./km2
MonnaiePeso mexicain ($) (MXN​)
Fuseau horaireUTC -6 à -8
Indicatif tél.+52

Pour les Européens et les Canadiens, aucun visa n'est nécessaire. On remplit simplement un document d'immigration (FMT ou carte touristique) remis dans l'avion ou à la frontière, valable 90 jours maximum. Il doit être tamponné et  sera demandé à la sortie du territoire. Bien vérifier que le douanier a écrit 90 jours.

Il faut être en possession d'un passeport, dont la validité doit au moins pouvoir couvrir la durée du séjour.

À l'entrée du Mexique, on acquitte une taxe d'environ 30 US$, quel que soit le moyen de transport utilisé. Tout comme la taxe d'aéroport à la sortie du pays, elle est incluse dans le billet d'avion. Attention, par voie terrestre, elle vous sera probablement aussi demandée à la sortie du pays : pensez à bien garder vos reçus si vous nous voulez pas payer deux fois...

Pour ceux qui passent par les États-Unis : en cas d'escale, par exemple à Miami ou Huston, il n'y a plus besoin de visa. En revanche, depuis janvier 2009, pour faciliter le passage à l'immigration américaine, il est obligatoire de s'inscrire au moins 72 h à l'avance sur le site officiel de l'ESTA (environ 14 € ; réponse environ 72h après). Ce système s'appelle « Electronic System for Travel Autorisation » (ESTA). Fiche valable 2 ans.

Temps nuageux de décembre à février, risque de typhons en sept. et octobre
Jan. Fév. Mar. Avr. Mai. Jun.
Jui. Aou. Sep. Oct. Nov. Déc.
Nous contacter : | Qui sommes-nous ?