logo
Probablement quelque chose comme 272 dodos avant le prochain voyage...

Tour des Amériques

Everglades - Parc national

Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979 et classé zone humide d'importance internationale en 1987.

02/02/2012 - Mis à jour le 13/11/2017 partage facebook

Le parc national des Everglades, situé en Floride, aux États-Unis, s'étend sur les comtés de Miami-Dade, Monroe et de Collier. Ce parc national contient le plus vaste milieu naturel subtropical du pays, et englobe 25 % de la région marécageuse originelle des Everglades. Visité par environ un million de personnes par an, le parc a été déclaré réserve de biosphère en 1976 (avec le parc national de Dry Tortugas), inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979 et classé zone humide d'importance internationale en 1987.

36 espèces considérées comme menacées vivent dans le parc, dont la panthère de Floride, le crocodile américain et le lamantin des Caraïbes. Le parc est également la principale zone de reproduction des limicoles tropicaux d'Amérique du Nord, et contient le plus grand écosystème de mangrove du continent américain. Plus de 350 espèces d'oiseaux, environ 300 espèces de poissons d'eau douce ou salée, 40 espèces de mammifères et 50 espèces de reptiles vivent dans le parc.

Les Everglades sont un lent système mouvant de rivières coulant vers le sud-ouest à environ 400 mètres par jour.

La végétation aux pieds des hammocks est presque impénétrable, mais les animaux peuvent toutefois trouver un habitat idéal à l’intérieur de ces îlots et sous la canopée. Les reptiles (notamment les serpents et les anoles) et les amphibiens (comme la rainette verte d'Amérique) trouvent refuge dans le bois des feuillus des hammocks. Des oiseaux comme la chouette rayée, le pic, le cardinal ou le pygargue à tête blanche nidifient dans les arbres de la région. Quant aux mammifères, ils vivent dans les feuillus du hammock. C'est le cas notamment de l'opossum, du raton laveur, du lynx roux, du vison des Everglades, du lapin des marais, du cerf de Virginie et de la panthère de Floride, menacée d'extinction.

Les arbres de la mangrove, qui prospèrent dans l'eau salée ou saumâtre, servent d'abri pour plusieurs espèces aquatiques ainsi que des oiseaux.

Il existe près de 220 espèces différentes de poissons vivant dans les mangroves de Floride, ainsi que plusieurs variétés de crabes, d’écrevisses, de crevettes, de mollusques et d’autres invertébrés, qui servent de source principale de nourriture à de nombreux oiseaux. De même, une multitude d'espèces d'oiseaux l'utilise également comme abri. C’est le cas notamment du pélican, de la grèbe, de l'Aigrette tricolore, du goéland, de la sterne, de l'épervier et du milan, ainsi que des oiseaux arboricoles comme le coucou de mangrove, la paruline jaune ou même le pigeon à croix blanche. La mangrove abrite également 24 espèces d'amphibiens et de reptiles, incluant la tortue verte et la tortue imbriquée et 18 espèces de mammifères, dont le lamantin des Caraïbes.

Les cyprès sont des conifères qui se développent facilement dans l’eau douce et qui poussent dans des structures compactes, appelées « dômes », sur de longues rives de calcaire. Du fait de la forte variation du niveau de l'eau autour de ces dômes, les cyprès ont développé des « genoux » sortant de l'eau. Dans ces zones, on trouve habituellement des cerfs de Virginie, des écureuils, des ratons laveurs, des opossums, des mouffettes, des lapin des marais, des loutres de rivière, des lynx roux ainsi que de petits rongeurs.

Le marécage d'eau douce constitue certainement l'écosystème le plus commun du parc national des Everglades. Les marécages des Everglades constituent un habitat idéal pour la reproduction et attirent ainsi une grande variété d'échassiers tels que les hérons, les aigrettes, les spatules rosées, les ibis, les pélicans ainsi que des courlans bruns et des milans des marais qui se nourrissent d’escargots. La forte densité de poissons, d'amphibiens et de jeunes oiseaux attire de nombreux prédateurs, comme les alligators, les tortues d'eau douce, les mocassins d'eau ou les crotales. À ce titre, le parc national des Everglades est le seul endroit au monde où les crocodiles coexistent de manière naturelle avec les alligators.

Parmi les 36 espèces protégées par l'État vivant dans le parc, certaines sont très gravement menacées. Les seuls spécimens de crocodile américain présents aux États-Unis vivent au sud de la Floride. Environ 50 nids existent dans les parcs nationaux des Everglades et de Biscayne, et environ 1 000 crocodiles vivent actuellement en Floride. Le nombre de crocodiles au sud de la Floride a récemment augmenté, de même que celui d'alligators, et les crocodiles furent redéclarés « menacés » aux États-Unis en 2007.

La panthère de Floride est l'un des mammifères les plus menacés au monde. Elle vit principalement dans les Everglades et dans le marais du Big Cypress. Elles sont moins de 100 à vivre encore à l'état sauvage.

Cinq espèces de tortues de mer, à savoir la tortue verte, la tortue imbriquée, la caouanne, la tortue bâtarde et la tortue luth sont gravement menacées. Leur nombre est difficile à déterminer précisément, de par le fait que les mâles et les juvéniles ne reviennent jamais sur la terre après leur naissance, et bien que les femelles reviennent pondre tous les ans au même endroit.

Deux espèces d'oiseaux sont en plus grand danger d'extinction. Le bruant maritime du Cap Sable ne vit que dans le parc national des Everglades et dans la réserve de Big Cypress.

Les tentatives pour retrouver les niveaux d'eau naturels du parc ont été controversées : le bruant du Cape Sable fait son nid à environ 30 cm de l'eau, et la montée du niveau de l'eau peut mettre en danger les populations futures, de même que pour le menacé milan des marais. Ce dernier se nourrit presque exclusivement d'escargots amphibies (Pomacea bridgesii), et le parc national des Everglades est le seul lieu des États-Unis où cet oiseau de proie existe. Quelques preuves de l'augmentation de sa population ont été mises en évidence, mais les pertes de son habitat et de sa source de nourriture maintiennent la population à quelques centaines.

Le lamantin des Caraïbes est récemment passé d'espèce « menacée » à « en danger ».

Infos Pratiques

Le parc dispose de quatre centres dédiés aux visiteurs. Sur le Tamiami Trail (section de la Route 41), directement à l'ouest de Miami se trouve le Shark Valley Visitor Center. Un sentier de 24 km part du centre vers une tour d'observation de deux étages. Des tours en tram sont disponibles pendant toute la saison active. Près de Homestead se trouve le Ernest F. Coe Visitor Center, où une route de 61 km commence, serpentant à travers la pinède rocheuse, les cyprès, la prairie de marne, la plaine côtière et la mangrove. Plusieurs itinéraires de promenade sont accessibles à partir de la route de graviers, qui va vers le Flamingo Visitor Center. Le Gulf Coast Visitor Center est proche d'Everglades City et de la route SR29 le long de la côte occidentale. Ce centre délivre des permis de canoë pour le Wilderness Waterway, un intinéraire de canoë de 160 km qui va jusqu'au Flamingo Center. La côte occidentale et les Ten Thousand Islands, de même que les diverses keys de la baie de Floride, sont accessibles uniquement par bateau.

Il existe dans le parc plusieurs itinéraires de marche de difficulté variable sur Pine Island, où les visiteurs peuvent traverser les hammocks tropicaux, les pinèdes et les marécages d'eau douce. Débutant au Royal Palm Visitor Center, l'Anhinga Trail est un terrain guidé d'environ 800 mètres à travers un marais de marisque où les visiteurs peuvent voir des alligators, des oiseaux, des tortues et des broméliacées. Sa proximité de Homestead et son accessibilité en font un des sites les plus visités du parc. Le Gumbo Limbo Trail est un autre itinéraire autoguidé, d'à peu près la même longueur que l'Anhinga. Il traverse une canopée de hammocks. 45 km de chemin commencent près du key Long Pine, et sont adaptés au Mountain Biking à travers les pinèdes du Marjory Stoneman Douglas Wilderness Area. Deux sentiers en bordure permettent aux visiteurs de se promener dans une forêt de cyprès au Pa-Hay-O-Kee, qui dispose également d'une vue sur deux étages, et un autre à Mahogany Hammock qui mène les randonneurs à travers une forêt dense jusqu'au milieu d'une prairie marécageuse. Près de Flamingo, des sentiers plus accidentés attirent les visiteurs dans les mangroves, et le long de la baie de Floride. Le Christian Point Trail, le Snake Bight Trail, le Rowdy Bend Trail et le Coastal Prairie Trail permettent de voir des oiseaux côtiers et des échassiers le long des mangroves.

Il existe également des itinéraires aquatiques, comme le Wilderness Waterway, qui relie Flamingo à Everglades City.

Les sites de camping sont ouverts toute l'année dans le parc.

Près du Ernest F. Coe Visitor Center, où 108 emplacements sont accessibles par voiture.

Près de Flamingo se trouvent 234 emplacements.

Des sites pour camping-cars existent sur ces sites, mais pas avec tous les services nécessaires.

Les permis de naturalité sont requis pour les sites de camping le long du Wilderness Waterway, les sites du Gulf Coast, et d'autres emplacements situés divers keys. Plusieurs sites de campements sont constitués de chickees (cabanes Séminoles). D'autres sont des plages.

Les bateaux à moteur de faible puissance sont autorisés au sein du parc, bien que la majeure partie des zones d'eau salée leur soient interdites pour protéger les lamantins y vivant. Les motomarines, hydroglisseurs et autres embarcations motorisées personnelles sont interdites. Cependant, plusieurs itinéraires autorisent les canoës et les kayaks. Une licence d'État est requise pour pêcher, et bien que les licences pour la pêche en eau douce ne soient pas vendues dans le parc, il est possible d'en trouver pour la pêche en eau salée. Il n'est pas recommandé de nager, notamment depuis que les alligators, les mocassins d'eau, les tortues hargneuses et les crocodiles pullulent dans l'eau douce, et les requins, les barracudas et des coraux dangereux dans l'eau de mer. De plus, la visibilité est très faible dans les deux types d'eau.


Source : fr.wikipedia.org
Suivez le(s) lien(s) pour voir nos photos sur l'album Facebook (il n'est pas nécessaire d'avoir un compte) :

 
Carnets de route
Articles liés
Faune
Etats-Unis
Langues officiellesAnglais américain (de facto)
Forme de l’étatRépublique fédérale à régime présidentiel
Superficie10 M km2
Population33 hab./km2
Monnaie$ (USD)
Fuseau horaireUTC -5 à -10
Indicatif tél.+1

Pour effectuer un voyage d'affaires ou touristique aux USA, il faut soit remplir toutes les conditions suivantes permettant d'entrer dans le Programme d'Exemption de Visa:

1. Présenter un passeport biométrique ou électronique en cours de validité (quelle que soit la date d’émission), OU un passeport individuel à lecture optique en cours de validité émis avant le 26 octobre 2005. A défaut, l'obtention d'un visa ou d’un nouveau passeport sera obligatoire. La validité du passeport 6 mois après la date de retour n’est pas demandée pour aller aux USA.

2. Avoir reçu une autorisation ESTA (Electronic System for Travel Authorization). Demande à faire ici : esta.cbp.dhs.gov (coût 14$, une demande par 'groupe')

3. Avoir un billet d'avion aller-retour ou un billet de croisière (prouvant votre sortie du territoire US, qu'importe le lieu d'entrée et de sortie).

Note : Par voie terrestre (Canada ou Mexique), il faut présenter un formulaire I-94W, délivré par les autorités d'immigration à l'arrivée, et acquitter un droit de 6 $ (paiement en $ uniquement).  Actuellement, l'ESTA n'est pas exigé lors d'une admission par voie terrestre, si toutes les autres conditions d'admission sur le territoire américain dans le cadre du Programme d'Exemption de Visa sont remplies. Il faut également présenter son passeport, son billet de retour pour la France et une preuve de solvabilité.

4. Projeter un séjour de 90 jours maximum (le séjour ne peut être prolongé sur place, le visiteur ne peut pas changer de statut, accepter un emploi ou étudier).

Attention : passer au Mexique ou au Canada et revenir ensuite aux USA ne prolonge par la durée des 90 jours initiaux : c'est à la date de la première entrée sur le territoire que le compteur commence à s'incrémenter ! Il est nécessaire de revenir dans son pays de résidence pour pouvoir bénéficier d'un 'nouveau crédit' de 90 jours

5. Présenter une preuve de solvabilité (carte de crédit, chèques de voyage, etc).

Soit obtenir le Visa B2 (Tourisme) ou B1 (Affaires) si on ne remplit pas une des conditions précédentes... ce qui peut être le cas pour de nombreux tourdumondistes qui risquent de dépasser la durée de 90 jours ou ne pas pouvoir présenter de billet de retour en France.

Dans la majeure partie des cas, cela ne peut se faire que sur rendez-vous auprès du Consulat des Etats-Unis à Paris (une partie peut-être faite en ligne)

Jan. Fév. Mar. Avr. Mai. Jun.
Jui. Aou. Sep. Oct. Nov. Déc.
Nous contacter : | Qui sommes-nous ?